Nos tutelles

Nos partenaires

Rechercher




Accueil du site > Projets > Projets Réalisés

Programme ANR MAMMOUTHS

par admin - publié le , mis à jour le

La disparition de la steppe à mammouths – relations hommes/environnements à la fin du Pléniglaciaire en Europe orientale

Programme soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche

Responsable : Stéphane Péan (stpean@mnhn.fr), MC MNHN

Le programme entend mettre en évidence les modalités d’exploitation de la grande faune au Pléistocène supérieur récent en Ukraine, dans le cadre paléoécologique de la disparition de la steppe à mammouths à la fin du Pléniglaciaire. Pendant cette période glaciaire se produit une extinction majeure de grands mammifères, dont l’emblématique mammouth laineux Mammuthus primigenius, sous l’effet d’événements climatiques abrupts. Dans ce contexte paléoécologique si particulier, se développent en Europe les derniers complexes culturels de chasseurs-cueilleurs du Paléolithique supérieur. La subsistance alimentaire de ces populations épigravettiennes repose alors surtout sur la chasse aux grands herbivores, faisant appel à des armements et des outillages très élaborés.
Le gisement épigravettien de plein air de Mezhyrich, qui remonte à environ 15 000 ans BP, offre un potentiel archéologique exceptionnel. Quatre constructions en ossements de mammouths, entourées de fosses, y ont été mises au jour, associées à de nombreux vestiges lithiques et fauniques contemporains de la fin du Pléniglaciaire. Ce site fournit un premier ancrage de terrain, avec la mise en œuvre de fouilles modernes de ces fosses, qui sont très riches en matériels (positionnement informatisé des objets et distribution spatiale), accompagnée de prélèvements in situ pour analyses en laboratoire. D’autres sites ukrainiens contemporains permettent également d’accéder à des matériels pour y mener des analyses comparatives.
C’est par une articulation interdisciplinaire de méthodologies novatrices que le projet doit contribuer à répondre à cette vaste problématique, à l’interface entre sciences de l’homme et sciences de la nature. Grâce à une coopération internationale associant, sur trois ans, des chercheurs de France, d’Ukraine et de Belgique, des analyses conjointes des assemblages ostéologiques (méthodologie archéozoologique), des artefacts archéologiques, des biomarqueurs paléobotaniques et des marqueurs biochimiques et géochimiques sont en cours de réalisation. Les résultats obtenus sont replacés dans le cadre géochronologique de la fin du Pléniglaciaire à l’aide d’études (micro-)stratigraphiques menées en parallèle sur le terrain. Ces recherches visent à restituer le plus précisément possible les interactions entre les activités humaines des derniers Paléolithiques d’Europe orientale et leur environnement.
La première saison de fouille archéologique a été réalisée à Mezhyrich en 2006. Les premiers résultats des analyses stratigraphiques menées pendant la campagne apportent un nouvel éclairage sur la chronologie d’occupation du site par l’homme. Les premières études archéozoologiques et paléobotaniques menées sur les matériels fauniques et floristiques issus du gisement, répondent aux questions méthodologiques de comparaison des paramètres taphonomiques, qui conditionnent la conservation de ces bio-marqueurs. La prise en compte du filtre taphonomique demeure très novatrice pour les assemblages fauniques d’Europe orientale. C’est un point clé pour appuyer la détermination de pratiques de chasse particulières. Il apparaît ainsi des précisions sur l’utilisation des ressources animales par les occupants épigravettiens de Mezhyrich, à propos de deux taxons prédominants : le mammouth et le lièvre.
Les analyses archéozoologiques menées par ailleurs sur l’assemblage d’ossements de bison d’Amvrosievka permettent d’interpréter cette concentration osseuse comme le résultat d’occupations anthropiques spécialisées, survenues de manière récurrente, d’épisodes d’abattage et de boucherie de bisons.
Les analyses en cours de biogéochimie isotopique et les autres études projetées (archéozoologiques, typo-technologiques, géochronologiques, géochimiques), ainsi que les deux prochaines saisons de fouille à Mezhyrich, amèneront des résultats supplémentaires. Il est attendu une meilleure évaluation de l’influence éventuelle des activités humaines cynégétiques sur l’extinction de populations fragilisées de grands mammifères, dans le contexte paléoécologique du Pléniglaciaire finissant.

Orientation bibliographique

- Péan S., Kornietz N. & Nuzhnyi D., 2004. Vivre du mammouth au Paléolithique en Ukraine. Pour La Science Dossier n° 43, avril-juin 2004, pp. 82-89.
- Péan S. & Patou-Mathis M., 2003. Taphonomy of mammoth sites. In J. W. F. Reumer, J. de Vos & D. Mol (eds), « Advances in Mammoth Research », Proceedings of the 2nd « International Mammoth Conference », Rotterdam (Pays-Bas), 16-20 mai 1999, Deinsea 9, pp. 331-345.
- Pidoplichko I. G., 1998. Upper Palaeolithic dwellings of mammoth bones in the Ukraine : Kiev-Kirillovski, Gontsy, Dobranichevka, Mezin and Mezhirich. Oxford, BAR International Series 712, 276 p.