Nos tutelles

Nos partenaires

Rechercher




Accueil du site > Séminaires, conférences et RS > Réunions Scientifiques

« Variations phénotypiques anciennes et actuelles en Océanie : 3 millénaires de « migrations » en Mélanésie australe documentées par la morphométrie »

Lundi 29 octobre 2018, 17h (Amphi IPH), par Wanda Zinger (Doctorante MNHN, ED227, UMR7194)

par Daujeard Camille - publié le

« Variations phénotypiques anciennes et actuelles en Océanie : 3 millénaires de « migrations » en Mélanésie australe documentées par la morphométrie » par Wanda Zinger

La région sud-mélanésienne présente actuellement une grande diversité linguistique et culturelle liée à des épisodes complexes de peuplements et d’interactions. Deux mouvements migratoires principaux ont jusqu’à présent été identifiés grâce aux données de la linguistique et de l’archéologie. Un premier épisode associé à la colonisation du Vanuatu et de la Nouvelle-Calédonie par des groupes humains liés à la culture Lapita (originaires du sud-est asiatique et généralement considérés comme métissés avec des groupes papous) vers 3000 BP. Un second épisode, vers 1000 BP, est associé aux dispersions ou à l’arrivée de groupes polynésiens, provenant du Pacifique Central ou Oriental, dans certaines îles et localités du sud-mélanésien : les « enclaves polynésiennes ». Ce deuxième épisode est principalement documenté par les sciences de la linguistique et de l’ethnographie actuelle. Nous avons choisi de discuter ce schéma de peuplement à travers une étude archéo-anthropologique (morphométrique et morphologique) de restes humains provenant de contextes archéologiques du Vanuatu et représentant ces deux épisodes. Notre objectif est de mettre en évidence des affinités entre différents groupes humains au sein de cette région. Ces ressemblances peuvent ainsi témoigner d’une histoire de peuplement partagée par des groupes humains biologiquement liés en Océanie. Nos résultats permettent de discuter ces modèles de peuplements amenés par différentes sciences. Ils permettent également de considérer l’intérêt des études métriques et non-métriques au sein d’une région où la conservation des biomolécules n’est pas propice.