Nos tutelles

Nos partenaires

Rechercher




Accueil du site > Equipes et Thèmes de recherche > Equipe III - Paysages, Hommes, Archives sédimentaires, Matériaux de la Préhistoire (PhAsM).

2-Dynamique des paysages et environnements quaternaires

par admin - publié le , mis à jour le

Coordinateurs : Magali Delmas, Vincent Lebreton

Le croisement des échelles temporelles est le paradigme intégrateur de cet axe, pour une approche cohérente des milieux et paysages des sociétés actuelles et passées. Plusieurs thématiques s’en dégagent actuellement :

  • Thème 1 : Dynamiques actuelles et récentes des milieux ; rôle des événements extrêmes

    Paysage steppique en domaine bioclimatique semi-aride.
    (© V. Lebreton, HNHP UMR 7194 CNRS)

Ce thème explore les dynamiques paysagères, biogéographiques et géomorphologiques sur les pas de temps de l’Actuel, de l’histoire et de l’Holocène, dans un cadre spatial méditerranéen. L’impact relatif des forçages anthropiques et climatiques, ainsi que le poids des événements extrêmes, caractérisent le fonctionnement de ces milieux. Les recherches se focalisent sur les crues et paléocrues, les incendies et feux pastoraux, ainsi que les couvertures végétales. La modélisation du changement climatique global, en restituant les variations saisonnières des précipitations et des températures combinés aux événements extrêmes et à la pression anthropique, décrit les trajectoires possibles des paysages végétaux face à l’aridité croissante.

  • Thème 2 : Dynamiques quaternaires des milieux et géomorphologie glaciaire et fluviale

    Nappe alluviale de la Têt à La Llabanère (Roussillon)
    (© C. Perrenoud, HNHP UMR 7194 CNRS)

Autour du bassin méditerranéen, l’impact régional des événements climatiques globaux s’observe de manière différenciée et a concerné tant les environnements végétaux que les systèmes d’érosion et les paysages géomorphologiques. L’approche multidisciplinaire et le croisement des données des différents biomarqueurs paléobotaniques sont essentiels pour replacer dans le contexte des changements climatiques quaternaires l’évolution de l’homme et de ses cultures, en soulignant la forte capacité d’adaptation des hommes préhistoriques aux contraintes des milieux pour exploiter l’environnement, que ce soit en période glaciaire comme interglaciaire. En montagne, la reconstitution paléogéographique et chronologique des glaciations pléistocènes permettent de quantifier les modalités, les rythmes et vitesses de l’évolution du relief.

Paysage glaciaire de la haute vallée du Carol (Pyrénées) et moraines du Oldest Dryas
(© M. Delmas, HNHP UMR 7194 CNRS)

Ces reconstitutions renseignent aussi le cadre paléoenvironnemental susceptible d’avoir contraint la mobilité des peuplements préhistoriques. Sur les piémonts, les terrasses fluviatiles enregistrent les variations du comportement des cours d’eau, en réponse aux changements climatiques et aux mouvements verticaux de la croute terrestre. Leur datation par profils cosmogéniques verticaux ou ESR permet donc de raisonner sur les moteurs et la temporalité de la dynamique fluviale. Ces données fournissent aussi un calage chronologique précieux pour les des sites préhistoriques associés aux terrasses alluviales.

Hommes, cultures, climat et environnement au Quaternaire en Eurasie
Hommes, cultures, climat et environnement au Quaternaire en Eurasie
(© V. Lebreton, HNHP UMR 7194 CNRS)
  • Thème 3 : Dynamique à long terme des reliefs, géomorphogenèse et néotectonique

    Proche d’entrée de la Grotte de Notre Dame de Vie, massif du coronat, Pyrénées - Réseau karstique daté à 5 Ma
    (© M. Calvet, HNHP UMR 7194 CNRS)

Cette orientation originale replace dans une perspective plus large les évolutions orogéniques quaternaires ou actuelles et débouche sur une compréhension globale de la genèse et de la dynamique des grands reliefs périméditerranéens qui forment le cadre des paysages méditerranéens. L’incision des vallées depuis 10 Ma est abordée grâce aux marqueurs datables que sont les réseaux karstiques étagés. Le croisement des approches géomorphologiques, stratigraphiques, géophysiques, la thermochronologie basse température et l’utilisation des isotopes cosmogéniques apportent des éléments de réponses sur la vitesse et les rythmes de la dénudation érosive à long terme dans les orogènes récents et la place qu’y occupe la période quaternaire.