Nos tutelles

Nos partenaires

Rechercher




Accueil du site > Equipes et Thèmes de recherche > Equipe III - Paysages, Hommes, Archives sédimentaires, Matériaux de la Préhistoire (PhAsM).

1-Archéostratigraphie et cadres biostratigraphique, paléoclimatique et chronostratigraphique des formations continentales quaternaires

coordinateurs :

par admin - publié le , mis à jour le


Coordinateurs : Emmanuel Desclaux, Thibaud Saos et Pierre Voinchet

Les gisements paléolithiques, outre leur intérêt archéologique, sont de véritables archives sédimentaires des variations du climat et de l’environnement des 2,5 derniers millions d’années. Leur étude contribue ainsi à l’établissement d’un cadre chronostratigraphique et paléoenvironnemental des formations continentales dans lequel il devient possible de replacer les niveaux archéologiques. Cette recherche s’appuie sur une approche résolument pluridisciplinaire impliquant aussi bien des méthodes naturalistes que des techniques d’analyses optiques, géochimiques et géophysiques.
L’étude de formations non archéologiques peut également aider à la compréhension de l’évolution climatique, géologique et paléoenvironnementale d’une région donnée, qu’ils s’agissent d’un site paléontologique majeur pour l’établissement de la biostratigraphie à partir des différents biomarqueurs qui y ont été récoltés, d’une séquence alluviale ou lacustre d’épaisseur exceptionnelle ou d’un système géologique complexe.
Les différents sites archéologiques étudiés au sein de notre laboratoire sont souvent riches en fossiles. L’analyse des restes fauniques, reflet de la biodiversité à une période donnée du Quaternaire, permet de reconstituer les caractéristiques du climat et de l’environnement, contribuant ainsi grandement à la connaissance de la dynamique climatique dans la région d’étude.
La datation systématique de ces séquences archéologiques, mais également celle des séquences fluviatiles étagées, des sites archéologiques qu’elles contiennent et des formations de versants qui les recouvrent, fournissent des cadres d’intérêt local ou régional. Il devient alors possible d’appréhender les dynamiques de peuplement humaines, animales et végétales des régions étudiées.