Nos tutelles

Nos partenaires

Rechercher




Accueil du site > Séminaires, conférences et RS > Réunions Scientifiques

« Quand la locomotion évolue : ce que révèle l’étude intégrative anatomique, biomécanique, et comportementale du babouin en développement »

Lundi 24 avril 2017, 16h (Salle Vildé, MdH)

par Daujeard Camille - publié le

« Quand la locomotion évolue : ce que révèle l’étude intégrative anatomique, biomécanique, et comportementale du babouin en développement » par François Druelle

L’homme moderne nous apparaît souvent comme un primate hautement dérivé et spécialisé pour la bipédie, pourtant d’autres espèces telles que le babouin ou le gibbon le sont également pour la quadrupédie et la brachiation. Le « processus » évolutif depuis l’ancêtre commun de ces espèces a donc mené à des « états locomoteurs » particulièrement différents bien que certaines caractéristiques, comme les multiples capacités posturo-locomotrices, sont partagées par tous. Dans ce contexte, il apparaît que les juvéniles possèdent des répertoires posturo-locomoteurs plus variés que les adultes. Le développement constitue donc une source de variation sur laquelle la sélection naturelle peut agir pour l’apparition de nouveaux modes, le développement de modes pré-existants et le perfectionnement de modes réalisés de plus en plus régulièrement. Bien qu’à l’heure actuelle une importante quantité de données anatomiques, biomécaniques et comportementales existent pour l’homme en développement, ces données restent limitées chez les autres primates. Pourtant, comprendre le processus qui a mené à un état locomoteur (comme par exemple la bipédie) par la seule considération de cet état paraît difficile. Alors que prendre en considération la variabilité des « états locomoteurs » actuels, en replaçant l’homme au sein de son clade, peut permettre de réécrire le processus évolutif qui a mené à cette diversité et à la bipédie habituelle. C’est dans ce cadre théorique que j’ai conduit une étude longitudinale sur le babouin olive, Papio anubis, à la station de primatologie du CNRS. Grâce à la possibilité d’approches multidisciplinaires j’ai pu quantifier le développement posturo-locomoteur du babouin au début de sa croissance. Les résultats qui seront présentés lors de ce séminaire ouvrent de nouvelles voies pour interroger les modalités d’apparition des modes locomoteurs au cours de l’évolution des primates, dont la bipédie chez les Hominines.