Nos tutelles

Nos partenaires

Rechercher




Accueil du site > Terrains > Fouilles à l’étranger > Anciennes fouilles

Maroc - Mission Archéologique El Harhoura-Temara

R . Nespoulet

publié le , mis à jour le

MISSION ARCHEOLOGIQUE EL HARHOURA-TEMARA (MAROC)

Mission archéologique El Harhoura-Témara
Mission archéologique El Harhoura-Témara
©R. Nespoulet, Département de préhistoire du Muséum

PRESENTATION GENERALE

Vue générale d'El Harhoura 2 (vers le nord)
Vue générale d’El Harhoura 2 (vers le nord)
©R. Nespoulet, Département de préhistoire du Muséum

La Mission archéologique El Harhoura-Témara est organisée dans le cadre de la coopération franco-marocaine et bénéficie du soutien financier du Ministère des affaires étrangères en France (Sous direction des sciences sociales, humaines et de l’archéologie) et du Ministère de la Culture et de la Communication au Maroc (Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine).
Son équipe scientifique est codirigée par Roland Nespoulet, maître de conférences au Muséum national d’histoire naturelle et Mohamed Abdeljalil El Hajraoui, Professeur à l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine. Elle composée d’une équipe pluridisciplinaire de chercheurs et d’étudiants-chercheurs de 13 personnes.

Vue de la grotte d'El Mnasra (zone fouillée).

OBJECTIFS SCIENTIFIQUES

Le nord de l’Afrique offre un cadre exceptionnel pour étudier l’émergence et le développement d’Homo sapiens, grâce à la qualité et à la diversité de ses enregistrements sédimentaires et des multiples traces laissées par les populations au cours des millénaires. Ainsi, au cœur du débat sur les origines, où convergent l’étude des variations paléoclimatiques, celle des cultures et des populations humaines, les sites préhistoriques du Maghreb apportent une contribution majeure à la Préhistoire de l’Homme en Afrique.

Sépulture de H6 d'El Harhoura 2 (Néolithique)
Sépulture de H6 d’El Harhoura 2 (Néolithique)
©R. Nespoulet, Département de préhistoire du Muséum

Dans les années 1970, les découvertes successives de restes humains paléolithiques atériens à Dar es Soltane 2, El Harhoura 1 et aux Contrebandiers ont fait de la région de Rabat/Témara une région de référence pour le littoral atlantique marocain. A partir des années 1990, les recherches menées dans cette région ont considérablement enrichi les données disponibles.

El Harhoura 2. Cheville osseuse de Gazelle.
El Harhoura 2. Cheville osseuse de Gazelle.
©R. Nespoulet, Département de préhistoire du Muséum

S’inscrivant dans la continuité de ces recherches, les nouvelles fouilles débutées en 2001 dans les grottes d’El Harhoura 2 et d’El Mnasra par la Mission archéologique El Harhoura-Témara ont permis de préciser le cadre paléoenvironnemental régional et de documenter les comportements humains préhistoriques dans un contexte stratigraphique renouvelé. Replacés dans l’histoire des recherches menées depuis plus de 130 ans au Maroc, les résultats obtenus et les recherches en cours permettent d’aborder les questionnements actuels concernant les peuplements paléolithiques et néolithiques en Afrique du nord, sur la base de données récentes et/ou inédites.

El Harhoura 2. Industrie lithique (Paléolithique supérieur).
El Harhoura 2. Industrie lithique (Paléolithique supérieur).
©R. Nespoulet, Département de préhistoire du Muséum

LES RECHERCHES EN COURS

Les recherches en cours consistent à enrichir plusieurs aspects spécifiques de la documentation archéologique par des fouilles méthodiques sur le terrain (fouilles assistées par ordinateur, tamisage systématique à l’eau, échantillonnages pour datation et études géologiques, etc.). Cette documentation sert de base à la conduite des nouvelles études pluridisciplinaires portant sur les datations, la reconstitution des paléoenvironnements et la compréhension des comportements humains. Peu à peu, de nombreux aspects encore inédits dans les sites étudiés peuvent être traités, comme l’étude des microvertébrés fossiles, ou l’étude archéozoologique des faunes atériennes par exemple. Ils renouvellent complètement la connaissance des occupations humaines préhistoriques sur le littoral atlantique de la région de Rabat-Témara.

El Mnasra. Pointes atériennes.
El Mnasra. Pointes atériennes.
©R. Nespoulet, Département de préhistoire du Muséum

En 2008, les fouilles, organisées au printemps (3 semaines) et en été (5 semaines), sont ouvertes aux étudiants souhaitant participer aux travaux de terrains et de laboratoire. Renseignements et inscriptions auprès de Roland Nespoulet